Romain Faivre : “évoluer sous Henry, avec la carrière qu’il a, tu ne peux qu’apprendre”.

En ce début de mois de mars, nous partons à la découverte de Romain Faivre, jeune milieu de terrain de l’AS Monaco.

Bonjour Romain, peux-tu te présenter s’il te plaît ?

« Bonjour, Romain Faivre, 21 ans, joueur de foot à l’AS Monaco. »

Donc tu as commencé à l’âge de 6 ans à la Genevilloise, tu as également joué au Racing Club de France dans les équipes de jeunes, à Tours en U19, et pour finir à l’AS Monaco où tu as finalement signé ton premier contrat professionnel le 12 février 2018. Que représente ce parcours pour toi ?

« Un bon parcours où j’ai dû travailler dur pour en arriver là, ça n’a pas toujours été facile. »

Malgré ton jeune âge, tu as déjà eu l’occasion de fréquenter des joueurs de classe mondiale comme Falcao ou Fàbregas durant les séances d’entraînement que tu as pu faire avec le groupe pro. Qu’ont-ils pu t’apporter par leur expérience du haut niveau, notamment pour le second qui joue à ton poste ?

« Oui j’ai aussi fait quelques matchs en Ligue 1 et en coupe. Leur expérience, leur manière de travailler, leurs conseils. J’ai pu les observer en entrainement et en match pour apprendre d’eux et m’améliorer. »

En parlant de tes débuts, depuis ton passage en pro, tu as (déjà) eu plus ou moins l’occasion de goûter à trois entraîneurs avec des styles totalement différents. Le premier t’a sélectionné pour la première fois dans le groupe pro contre Nantes en novembre 2017, Leonardo Jardim. Le second t’a lancé un soir de décembre 2018 contre Lorient pour ton premier match professionnel, Thierry Henry. Le troisième vient d’arriver, ne t’a pas encore donné ta chance, mais observe fréquemment les matchs des jeunes et de la N2, Robert Moreno. Comment as-tu vécu ces nombreux bouleversements et ces changements d’entraîneurs en si peu de temps, toi qui venait d’apparaître dans le monde professionnel ? Si tu ne devais en choisir qu’un, quel serait ton choix ?

« Pour un club du niveau de Monaco qui joue la Ligue des Champions, c’est plutôt compliqué plusieurs changements aussi rapides et pour un jeune comme moi qui venait d’apparaître ça l’était forcément. Sur les changements d’entraîneurs, on doit forcément s’adapter à leurs méthodes de travail et donc bosser encore plus pour prouver à chaque entraînement qu’on mérite une place.  J’ai pas forcément de préférence. »

Tu fais partie de la flopée de jeunes joueurs ayant été lancés sur le devant de la scène par Thierry Henry en 2018/2019 (Massengo, Biancone, Serrano, Diop etc). Quel effet cela fait d’évoluer sous les ordres d’une légende nationale et internationale qui a tout gagné dans sa carrière ? Était-il si exigeant et dur avec ses joueurs comme l’avait laissé entendre Aleksandr Golovin en avril dernier ?

« Quand tu arrives dans un club qui n’était pas à sa place au classement à ce moment, là forcement il y aura plus d’exigences de la part de l’entraîneur et une pression plus forte. Évoluer sous ses ordres fut constructif, il nous a donné notre chance, j’espère qu’on ne l’a pas déçu. Mais évoluer sous Henry, avec la carrière qu’il a, tu ne peux qu’apprendre, il est connu pour avoir été un joueur exigeant et dur avec lui-même et il l’était avec nous pour nous pousser à faire plus et à nous améliorer à chaque entraînement. »

Malheureusement comme tu le disais, dans ton bonheur, le malheur de l’AS Monaco a pris place, le club a fini à la dix-septième place la saison dernière à seulement 2 petits points de la zone rouge. Comment cette situation a-t-elle pu arriver après 5 podiums consécutifs en Ligue 1 ?

« Malheureusement c’est le football. Heureusement on a pu se maintenir même si cela a été dur. C’est vrai que cela surprend après les exploits en championnat et en Ligue des Champions, mais il y avait beaucoup de blessé et de suspendus aussi à cette période, il ne faut pas l’oublier. »

Il ne te reste plus qu’un an de contrat, plusieurs clubs français auraient tenté de s’attacher tes services l’été dernier à savoir Lorient, Metz, Bordeaux et Brest. Où te verrais-tu à moyen terme et quel est ton souhait pour ton avenir ?

« Pour mon avenir je me souhaite de jouer au plus haut niveau possible, être le plus performant et gagner un maximum de titres. Aujourd’hui je suis un joueur de Monaco et je me focalise seulement là dessus. »

Toi qui est né tout juste 2 jours après la victoire finale en coupe du monde 98, quels étaient tes modèles quand tu étais plus jeune ?

« Ronaldinho, Zidane. Des milieux créatifs qui peuvent faire la différence sur un dribble, une passe ou une frappe venue d’ailleurs. »

Regardes-tu du football à la télé, et si oui quel championnat te ferait rêver en tant que joueur et pourquoi ?

« Je regarde des matchs de Ligue 1, Premier League et Liga surtout. Je pense la Liga pour le style de jeu. Ça va vite, c’est technique, c’est un style que j’aime. »

Pour finir, un maillot à faire gagner à notre communauté, « ça se négocie ? » 👀

« 😂😂😂😂 tout se négocie. Pas de soucis c’est avec plaisir. » (Ndlr TAS en mai à l’issue de la saison)

Merci Romain ! Que pouvons-nous te souhaiter pour cette fin de saison ?

« Refaire des apparitions en ligue 1, ça serait pas mal pour cette fin de saison. »

Merci à Romain Faivre d’avoir accepté de répondre à nos questions. Nous lui souhaitons le meilleur pour cette fin de saison et pour la suite de sa carrière !

Leave a Reply