Citygate, tout comprendre de cette affaire

Vous l’avez sûrement entendu, Manchester City s’est fait exclure des deux prochaines éditions de la ligue des champions à partir de juin 2020. De plus les citizens devront régler une amende de 30M €. Pire que cela, la Premier League pourrait même attaquer Manchester City et reléguer le club mancunien en quatrième division anglaise.

La rédaction Foot.transfert vous propose cet article afin de mieux comprendre cette affaire. Après les révélations des Football Leaks en 2018, plusieurs clubs dont Manchester City se savaient observés par les plus hautes instances du football mondial. L’UEFA avait prévenu que le club du Sheik Mansour ferait l’objet d’une enquête. L’annonce choc s’est produite vendredi soir, lorsque l’UEFA a annoncé que Manchester City serait exclu des deux prochaines campagnes de Ligue des Champions, ainsi qu’une amende de 30M€ pour avoir violé les règles du Fair Play financier. Les actionnaires du club ont injectés et boostés des capitaux, c’est ce qu’on appelle du doping financier. Le monde du football réagit relativement vite. Le président de la Liga, Javier Tebas farouche opposant de City se félicite de cette sanction, Josep Bartomeu (président du FC Barcelone) salue également cette décision. On attendait un communiqué de la Premier League pour soutenir ou pas le club anglais dans la tourmente et pourtant rien. En effet selon plusieurs médias anglais dont The Guardian, la Premier League pourrait tout aussi punir Manchester City pour doping financier. Les punitions évoquées par les journaux sont biens plus sévères que celles de l’UEFA… Manchester City pourrait être relégué en League Two, la quatrième division anglaise et se verrait même retirer ses titres glanés entre 2012 et 2016 et en particulier le championnat de 2014 qui reviendrait au Liverpool de Steven Gerrard. Cette hypothèse est néanmoins peu probable.

D’autant plus qu’à Manchester City, on prépare la riposte. L’Athletic UK qui a suivi cette affaire de très près parle d’une immense colère du propriétaire du club, le richissime Sheick Mansour. Le CEO Ferran Soriano se dit très confiant à propos du sort de City. Il n’a cessé de marteler qu’il fallait lui faire confiance et que le club ne serait soumis à aucune sanction. De son côté Khaldoon Al Mubarak (président du club mancunien) a levé un groupe de 8 avocats pour la plaidoirie des citizens devant le Tribunal Arbitral du Sport. D’après la presse britannique Manchester City se base sur deux arguments. Selon eux, l’enquête et la sanction ne sont pas justes puisque l’UEFA a enquêté et déféré le jugement toute seule, un manque de partialité donc. Depuis que le club mancunien est sous l’épée de Damoclès de l’UEFA, les dirigeants ont eux aussi enquêté sur les possibles astuces et tricheries financières des autres géants européens. Les dirigeants ont donc montés des dossiers sur le PSG, la Juventus, le Bayern Munich et le FC Barcelone. Le club s’apprête donc à « dénoncer » ces camarades européens devant le TAS. Coïncidence ou pas, Nasser Al Khelaifi est aussi menacé par l’UEFA. Mediapart a ainsi révélé que le président du Paris Saint-Germain serait coupable de corruption et que d’anciens membres des hautes instances du football l’auraient aidés. La FIFA a donc portée plainte contre Al Khelaifi avant de retirer sa plainte et de seulement l’accuser de mauvaise gestion d’entreprise. Sur le net, beaucoup voyait les départs de plusieurs stars de Manchester City comme Kevin De Bruyne, Raheem Sterling, Aymeric Laporte et surtout Pep Guardiola. Le tacticien espagnol a affirmé son désir de rester le plus longtemps possible à Manchester City et même si le club est relégué en League Two. Coup de com’ ou propos sincères, nul ne le saura. Raheem Sterling a également confirmé son envie de rester. Le groupe s’est dit soudé dans cette épreuve et place toute la confiance au sein du board citizen. Une chose est sûre cette affaire fera encore parler d’elle, et pourrait même être le commencement d’une année rocambolesque pour les géants européens.

Leave a Reply