RUBRIQUE HISTOIRE

AC Milan-Étoile Rouge de Belgrade 1988. Un match de légende.

Nombreux sont les matchs de légende que le football n’a pas retenu comme influent dans sa richissime histoire, c’est le cas de cette opposition entre l’AC Milan et l’Étoile Rouge de Belgrade en huitièmes de finale de Coupe des Clubs Champions 1988/89. Si en 2019 l’Étoile Rouge et l’AC Milan ne sont parmis les clubs les plus terrifiants à affronter, c’était loin d’être le cas il y’a vingt-et-un an, en particulier pour le club serbe fortement impacté par l’exode des talents serbes, également par l’effondrement de la Yougoslavie et bien évidemment par l’arrêt Bosman en 1995 qui a indirectement fait monter de façon exponentielle le coût des transferts, et surtout à la règle des trois joueurs étrangers maximum dans un effectif européen. De ce fait, les joueurs serbes restaient très souvent dans le championnat yougoslave. En 88, l’Étoile Rouge fait trembler l’Europe. Le premier des tours de Coupe des Clubs Champions s’était passé à merveille pour ces deux équipes puisque Milan éliminait le Vitoscha Sofia 7-2 (aller/retour). De son côté le Red Star de Belgrade a humilié 5-0 le FC Dundalk à l’aller avant de récidiver 3-0 au match retour. Les deux équipes arrivèrent en pleine confiance dans ce match qui s’annonçait explosif.

Le 26 octobre 1988, à San Siro, se déroulait le match aller, qui a vu l’équipe yougoslave obtenir le match nul 1-1. Dragan Stojkovic (Belgrade) ouvra le score à la 47′ et Pietro-Paolo Virdis (Milan) égalisa dans la minute qui suivait. Bon résultat pour les joueurs de Stankovic, d’autant plus que Carlo Ancelotti a écopé d’un carton jaune et fut suspendu pour le retour au Marakana de Belgrade. C’est ce match à Belgrade, le 09/11/1988 qui nous intéresse. Les compositions sont à peu près les mêmes qu’à l’aller, à l’exception de Costacurta et Evani qui intègrent le onze italien. Très vite, les milanais sont sous pression, les serbes surdominent. Le Milan d’Arrigo Sacchi ne voit pas le jour, c’est un coup de tonnerre. Dragan Stojkovic ouvre le score et on ne voit pas comment Milan va renverser la situation tant l’Étoile-Rouge domine.. Virdis est expulsé. Miracle pour le club lombard, un brouillard d’une rare épaisseur s’abat sur Belgrade et l’arbitre du match Dieter Pauly stoppe le match. Il sera rejoué le lendemain dans des conditions plus prompt à cette affiche.

Ce match est la définition parfaite de l’équipe de Sacchi. Le Red Star n’a pas les ressources physiques pour délivrer un second match à haute intensité en deux jours. Ce diable de Marco Van Basten inscrit le premier but du match mais comme à l’aller ce n’est que temporaire. Dragan Stojkovic, encore lui, remet les compteurs à zéro juste avant la mi-temps. Au retour des vestiaires, un épisode aurait pu faire basculer cette opposition dans le drame. En effet, Goran Vasilijevic (Belgrade) monte au duel avec Roberto Donadoni (Milan) et lui casse la mandibule.. L’international italien s’effondre inconscient sur la pelouse, il y reste de longues minutes et les joueurs du Milan comprennent qu’il s’est passé quelques chose de grave. Paolo Maldini est en larmes, il est persuadé que Donadoni est mort et ce serait le cas sans l’intervention d’un médecin de l’Étoile Rouge qui va réussir à insuffler de l’air dans la bouche du milanais. Il respire ! Néanmoins, il est remplacé par Ruud Gullit. Le score reste figé et la cruelle séance des tirs au but a tranchée. Le calme, la maîtrise, la sérénité et le sang froid qui caractérisent le Milan de Sacchi sont à leurs paroxysmes. Savicevic et Mrkela ratent leurs pénalties, tandis que Ruud Gullit envoie les siens en quarts de finale de Coupe des Clubs Champions.

L’AC Milan a éliminé consécutivement le Werder Brême (0-0, 1-0), humilié le Real Madrid en demi-finale (1-1, 5-0), avant de gifler le Steua Bucarest 4-0 en finale. C’est dans la difficulté que le Milan s’est forgé une mentalité de gagnant. Nul ne sait si sans ce premier tour rocambolesque Milan aurait remporté la C1, en revanche, on peut dire que cette triple confrontation contre l’Étoile-Rouge de Belgrade représente le point de départ de la domination du Sacchisme sur l’Europe.

Leave a Reply