En vert et contre tous: Rachid Mekhloufi

Si l’on vous dit football algérien, vous pensez à Rabah Madjer, Lakhdar Belloumi, Madjeed Bougherra ou même Islam Slimani et autre Riyad Mahrez pourtant la première star du football algérien c’est bien Rachid Mekhloufi.


I. Enfance 

Rachid Mekhloufi a vu le jour sous le soleil du nord de l’Algérie française, plus précisément Sétif le 12 Août 1936. Ce n’est que très tôt que le jeune Rachid tape ses premiers ballons et se découvre une grande habilitée balle au pied dans le club de sa ville, l’Union sportif Franco-musulman de Sétif (aujourd’hui USM Sétif en 4ème division algérienne). Élégant balle au pied, fin technicien Mekhloufi avait l’art de savoir improviser une fois le cuir entre ses pieds et très vite il ne tarde pas à attirer les recruteurs français particulièrement l’un des recruteurs de Sainté, M.Setboune. Le légendaire coach de l’AS Saint-Etienne Jean Snella remarque et son talent et le fait signer chez les verts. C’est une grande histoire qui débute. Pour Rachid qui n’a que 18 ans c’est le début de sa deuxième enfance comme il aime le préciser en interview. À 18 ans il se retrouve éloigné de sa famille, ses amis, a dû stopper ses études pour aller dans un pays qui ne connaît pas et dont il a certains préjugés car en Algérie les musulmans ne se mélangent pas aux pieds noirs d’autant que Sétif est une ville à 80% d’habitants musulmans. 


II. Débuts glorieux à Saint-Etienne et par ailleurs l’équipe de France a l’horizon.


Après avoir tapé dans l’œil de Jean Snella la pépite algérienne signe à Saint-Etienne et joue son premier match officiel le 10/10/1954 contre Nice pour une défaite 2-0… Mekhloufi se rend très vite indispensable aux yeux de Jean Snella, son profil offensif  en fait un joueur prolifique. À seulement 18 ans son duo avec N’Jo Lea fait peur à toutes les défenses de France. En 1957 Rachid va vivre une année exceptionnelle puisque il est la pièce maîtresse de la campagne victorieuse en championnat de France édition 1957 qui voit les stéphanois remporter leur tout premier titre majeur. Cette saison là Rachid est tout juste intenable, il inscrit la bagatelle de 25 buts. Il fait déjà parti des meilleurs joueurs du championnat à seulement 21 ans. Sélectionné pour la première fois en équipe de France le 21/10/1956 pour un match contre l’URSS il ne portera qu’à 4 reprises les maillots des bleus, service militaire oblige. Néanmoins il devient champion du monde militaire en Argentine un 14/07/1957 (symbolique), dans la continuité de son incroyable saison. Catalyseur du jeu des verts Rachid Mekhloufi joue encore une saison en France, il va sans dire qu’il jouera la coupe du monde 1958 avec les bleus. Tout ceci avant que sa carrière ne prenne un tournant.


III. Un engagement politique:


Coup de tonnerre ! Le 13 avril 1958 on apprend la disparition de neuf joueurs d’origine algérienne. Rachid Mekhloufi en fait parti, en compagnie de Mokhtar Arribi (Lens), Mustapha Zitouni (Monaco), Abdelaziz Ben Tifour (Monaco) ou encore Abdelhamid Kermali (Lyon). Ces neuf rebelles ont clandestinement rejoints l’Algerie pour répondre à l’appel du FLN (Front de libération national). Rappelons le contexte nous sommes en pleines guerre d’Algérie et les partisans du FLN cherchent à envoyer un message, toucher plus de monde dans leur lutte pour faire connaître leur combat qui est l’indépendance de l’Algérie. Marqué par sa jeunesse quand les colons français brutalisaient les siens, Mekhloufi dira plus tard qu’il n’a pas hésité une seule seconde : il veut jouer pour l’Algérie. Rien n’est simple dans cette histoire, Mekhloufi n’a pas prit part au conflit armée qui ravageait son pays natal, son rôle en tant que footballeur c’est d’être messager pour les nations étrangères. Nous y reviendrons plus tard. Bien évidement en France ça ne passe pas, la FFF et la FIFA cherchent à condamner les fuyards.

IV. Le FLN, première équipe algérienne.


C’est ainsi que Rachid Mekhloufi à sillonné le monde avec l’équipe du FLN y rencontrant des grandes personnalités de l’époque comme comme les dictateurs Hô Chi Minh (Nord Viêt-Nam) et Joseph Tito (Tchécoslovaquie). L’équipe du FLN parcourait l’Europe (Le bloc communiste) en particulier pour chercher des soutiens à la cause indépendantiste. On peut parler d’un succès puisque l’URSS a soutenue la cause algérienne. Pendant ces quatre années (1958-1962) l’équipe du FLN de Mekhloufi a jouée 83 matchs pour 57 victoires. On dit que cette équipe jouait un football flamboyant axé sur l’attaque. En témoigne les 349 buts marqués. Pas son engagement et ses performances avec l’équipe du FLN, Ferhat Abbas (Haut placé du FLN et grand homme politique algérien) a déclaré à ceci à l’égard de Mekhloufi et ses partenaires : « Mekhloufi et ses amis ont fait gagnés 10 ans à notre cause». Et c’est ainsi qu’en 1962, l’indépendance de l’Algérie est actée et le FLN disparaît pour faire place à la sélection nationale algérienne. Mais voilà si Mekhloufi est comblé patriotiquement parlant il n’a pas de club dans lequel exercer ses talents de footballeur. Jusqu’à ce que…


V. RETOUR GAGNANT AVEC LES VERTS 


En 1962, son ancien entraîneur a Sainté Jean Snella l’engage avec le Fc Servette. On ne doute pas de la réussite de cette aventure pour  Rachid mais toujours en 1962 Jean Snella retourne à Saint-Étienne,  ce qui marque la fin de la pige Suisse pour la star algérienne. Des discussions sont entamées pour un retour de Rachid Mekhloufi avec l’AS Saint-Étienne. Le premier président de la république algérienne Ahmed Ben Bella ancien footballeur à l’olympique de Marseille fut suis conciliant à l’égard Mekhloufi et a accepté que ce dernier retourne jouer en France en dépit d’un contexte très tendu. Rachid Mekhloufi retrouve le club stéphanois et son come-back est fulgurant. Quand il retrouve Saint-Étienne, le club est en deuxième division française et ne se porte pas au mieux. Grâce aux performances étincelantes de l’algérien le club parvient a décrocher un titre de champion de D2 française. Le géant français revient en Ligue 1. Dès 1964 l’AS Saint-Étienne remporte le championnat de France et Mekhloufi et ses 16 buts impressionnent au point d’être élu étoile d’or du meilleur joueur de première division. Les verts retrouveront la coupe des clubs champions, sacré exploit ! Sa carrière stéphanoise se poursuit brillamment, un nouveau titre de meilleur du championnat de France en 1966 et 1967 néanmoins il faut attendre 1967 pour revoir les verts sur le toit de la France. Si en France les verts brillent, en Europe c’est plus compliqué. Au cours de sa deuxième aventure avec l’ASSE, jamais Mekhloufi et les siens n’ont dépassés les huitièmes de finale de C1. La marche était peut-être trop haute…Comment parler du deuxième mandat de Mekhloufi à Saint-Étienne sans parler de l’année 1968 ? Cette saison là les verts réalise leur premier doublé national c’est-à-dire coupe de France + championnat. La coupe de France, compétition qui échappait à l’attaquant des verts jusqu’à cette année 1968 et cette finale contre les Girondins de Bordeaux. Mekhloufi en est en héros puisqu’il inscrira un doublé permettant aux verts de l’emporter deux à un. Un bien bel au revoir pour un joueur qui est au crépuscule de sa carrière, oui en 1968 c’est la fin de l’aventure stéphanoise pour Rachid Mekhloufi. La même année il joue sa dernière sélection avec l’équipe algérienne, c’est la fin d’une époque. Il s’engage avec le SEC Bastia une première année en tant que joueur, la deuxième cumulant le rôle de joueur et d’entraîneur puis il met terme à sa carrière en 1970 alors qu’il va bientôt souffler ses trente-quatrième bougies. 

VI. Coupe du monde 1982. 


Rachid a déjà entraîné l’Algérie à plusieurs reprises mais c’est en 1982 que son expérience d’entraîneur fut marquante. Nous nous retrouvons à cette coupe du monde 1982 en Espagne. À ce moment là Mekloufi entraîne en Tunisie où il poursuit sa petite carrière d’entraîneur. L’équipe d’Algérie se qualifie pour les phases finales de Coupe du monde grâce notamment à son sélectionneur russe Rogov. Sauf que l’état algérien n’accepte pas qu’un russe emmène l’équipe d’Algérie en coupe du monde et fait appel à Mahieddine Khalef et Rachid Mekloufi pour diriger la sélection. L’Algérie s’apprête à jouer sa première coupe du monde et se présente avec une belle équipe. La légende de Porto Rabah Madjer, Lakhdar Belloumi et Salah Assad sont du voyage. Ce sont les stars d’une équipe qui va créer la surprise. Rachid Mekhloufi en est le directeur technique au côté de Mahieddine Khalef qui lui est le sélectionneur. Les verts vont créer l’exploit de battre la RFA de Paul Breitner et Karl-Heinz Rummenigge deux à un. Belloumi et Madjer sont les buteurs. L’équipe d’Algérie va ensuite chuter 2-0 face au Autrichien avant de d’arracher une victoire 3-2 face au Chili non sans peur. Mais voilà cet exploit a un arrière goût d’amertume… Le dernier match du groupe de l’Algérie opposait la RFA à l’Autriche, un match capital puisqu’à ce moment-là Algérie est première de son groupe fort de ces deux succès. Une défaite de la RFA qui ne compte que 4 points est souhaitable. Ce qu’on appelle le match de la honte se déroule à Gijón car dans le non-match le plus total l’Autriche va se laisser battre 1-0 par la RFA, un résultat arrangé à l’avance qui permettait aux deux équipes d’accéder au tour suivant. Une honte !  Rachid sans rancœur déclara en 2007 que malgré tout, ils avaient participé à une avancée dans le football car suite à ce scandal la FIFA a décidée que les troisième matchs se joueraient le même jour, à la même heure. 


Rachid Mekloufi appartient à cette génération de joueur franco-algérien entre deux camps, ni vraiment algérien ni vraiment français et pourtant il a réussit à en faire une force que ce soit avec l’AS Saint-Étienne ou avec le FLN sa carrière fut auréolée de gloire. L’une des premières stars stéphanoise est toujours deuxième meilleur buteur de l’histoire d’un club qu’il chérie toujours et auquel il a participé à l’aménagement d’un musée. À 83 ans Rachid Mekloufi peut être fier de ce qu’il a accompli en tant que footballeur et en tant qu’homme qui a su faire bouger les choses pour son pays de manière non-violente.

Comments (1)

  1. ปั้มไลค์

    Like!! Great article post.Really thank you! Really Cool.

Leave a Reply